Guillaume Riviere - La Traque

Site web www.guillaumeriviere.com

  • la-traque-1
  • la-traque-2
  • la-traque-1
  • la-traque-2

« Je m’en souviens très précisément, la première image de cette série a été celle d’une chaise dans le coin de ma chambre d’un hôtel des Pyrénées. Puis c’est à Arles, pendant les Rencontres de la photographie, que j’ai réalisé une nouvelle prise, une femme avec un grand T-shirt panthère. Dans la même journée, j’en ai vu deux autres, dont une femme avec une paire de chaussures léopard.

Sans le savoir, je venais de démarrer une longue traque.

Au départ, je trouvais cela étrange, voire vulgaire, de mauvais goût. Mais très vite, mon œil s’est aiguisé, et tous les jours, je croisais de nouveaux spécimens incroyables, arborant fièrement leur motif de fourrure comme un trophée. De la combinaison de bébé au sac d’une vielle dame, de la monture de lunette au sac à main, du maillot de bain aux chaussures à talon, la traque est devenue infinie. Plus je photographiais de panthères dans la ville, et plus je m’apercevais qu’il y en avait partout, aussi bien dans les quartiers populaires que dans les quartiers chics, aussi bien sur les étals des marchés que dans les vitrines de magasins de luxe. Ce qui au début était un divertissement, est devenu peu à peu une quête obsessionnelle. Depuis quinze ans, je voyage dans le monde pour réaliser des reportages avec des sujets très définis, très encadrés, où tout mon travail photographique est inévitablement réfléchi et construit pour coller au plus près du sujet. Là, j’ai pu renouer avec une vraie liberté de prise de vue, sans aucune contrainte de temps. Il faut saisir l’instant, être réactif, traquer la bête dès qu’elle apparaît, très vite. Parfois, j’ai suivi des panthères sur des kilomètres, j’étudiais leur trajectoire, j’essayais de m’approcher au plus près d’elles sans être vu. »

Interview Guillaume Rivière